Témoignage de visite à Raymonde

10 avril 2012 Catégories: Bénévole, Blog, Témoignage, Visite

L’une des actions de la fondation consiste à accompagner les personnes âgées seules ou isolées. Cet accompagnement prend la forme de visites. Nous transcrivons ici le compte rendu, tel que formulé mot pour mot, par les visiteurs bénévoles franco-argentin.

 

Patricia et Iselda relatent leur visite à Raymonde le vendredi 9 Mars.

Nous sommes allés chercher Raymonde qui se trouvait à la salle à manger , assise à une table , sous la télé allumée.

Bonjour, et je lui parle en Français et à ma grande surprise, car Nancy (ndlr: coordinatrice des équipes de bénévoles) m’avait dit qu’elle ne se souvenait pas beaucoup du français, elle m’a répondu .

Elle voulait savoir qui j’étais on lui a a dit que je venais du Consulat.

Ce n’était pas facile de comprendre ce qu’elle disait car le son de la télé était assez haut donc nous avons demandé de la sortir au patio et c’est une aide soignante qui l’a posé sur une chaise roulante.

elle a raconté , en français, que son mari travaillait beaucoup et elle aussi.

Nous sommes restées les 3 dehors.

témoignage de bénévole

Ses phrases n’étaient pas très cohérentes mais elle faisait un effort pour s’exprimer soit en français , soit en espagnol

Nous lui avons dit qu’on pouvait aussi parler en espagnol simplement.

A la question « quel était son secret pour vivre si longtemps » elle a sourit et avec sa petite voix elle a répondu: « viviendo despacito, y duermo poquito, pero a la noche duermo bien… ». Elle nous a raconté qu’elle aimait cuisiner, qu’elle travaillait aussi beaucoup, qu’elle se reposait et puis continuait à travailler, que son mari arrangeait tout ce qui lui tombait dans les mains, qu’elle aimait le chocolat et qu’elle le mangeait dans « la soupe ».

L’aide soignante lui a apporté son goûter: du pain dans une tasse de lait. Et elle nous a demandé si on voulait le lui donner chose que nous avons fait avec plaisir…

Lorsque l’aide soignante est parti Raymonde lui a dit pendant qu’elle s’éloignait:  » nosotros tenemos una familia chiquita sabe?… »

Cuillère à cuillère, elle a fini son goûter.

Elle parlait un petit peu, somnolait quelques instants, s’efforçait de trouver ses mots, toujours le sourire aux lèvres.

La saluant pour partir et lui annonçant u

ne autre visite elle a répondu: si, otro día… »

Une visite enrichissante car cette vision de la fin de la vie d’une personne nous fait encore apprécier beaucoup plus la vie…

La vie est trop courte…
Crédit photo